Loading...
L’art roman à Vézelay 2017-07-07T18:29:21+00:00

L’art roman à Vézelay

L’actualité du patrimoine roman : dans la période romane de notre histoire européenne, le monde de Vézelay occupe une place de choix parmi les chefs d’oeuvres qui d’Est en Ouest ont été édifiés par quelques générations d’artisans qui ont oeuvré avec grâce en ce tout début du XIIe siècle : une profusion d’ouvrages qui éblouit encore aujourd’hui.

 L’art roman à Vézelay

L’architecture romane offre une vision du monde, unifiée.

Nous pouvons le percevoir dans l’harmonisation des langages : proportion des volumes, qualités acoustiques, jeux de la lumière et ornementation sculptée font corps. D’autre part, l’art roman s’adresse à tout l’homme, corps, cœur et esprit, par un chemin plus intuitif qu’explicatif : regard, écoute, sensation et émotion sont les véhicules d’une expérience qui opérait une transformation dans l’âme du pèlerin. Aujourd’hui, dans ces lieux sans ruptures, nous redécouvrons, hommes du XXI e siècle, l’influence de l’architecture sur notre manière d’être. La rencontre de Vézelay peut être l’occasion d’un événement intérieur, d’un retournement.

L’art roman à Vézelay

La construction romane est un art inspiré, empirique et communautaire.

« A Vézelay, il n’y a pas eu d’architectes, mais des bâtisseurs » s’exclamait Le Corbusier.  Cette exclamation, ne reflèterait-elle pas avant tout un état d’esprit sur le chantier :  on construsait dans la durée, dans la percepective d’un dépassement et sans garanti absolue du résultat. Conception et réalisation était intimement liés dans l’empirisme des savoirs-faire partagés et de l’intution des mains. Le chantier s’ effectuait dans un aller et retour constant du maître d’ouvrage au maître d’oeuvre qui connaissait bien les aptitudes de ses artisans. La plupart du temps, les réalisations étaient anonymes. Accompli dans l’élan collectif, la réussite du bel ouvrage était sans doute la véritable signature.
Aujourd’hui, cet art de bâtir invite à réfléchir sur les organisations humaines, le sens du métier, la co-responsabilité, l’exercice de l’autorité et l’engagement commun comme forces de création et d’innovation.

 

L’art roman à Vézelay

Un art essentiellement symbolique

Que ce soit l’architecture, la sculpture, l’orientation du bâtiment, le dessin du plan, le travail de la lumière, chaque élément a sa fonction à la fois physique, ornementale et liturgique. Chacun d’eux concourt comme les couleurs de l’arc-en-ciel, à faire de tout l’édifice un symbole, c’est à dire un pont entre les réalités visibles et invisibles.
Aujourd’hui, la lecture de ces ouvrages qui répondent autant à des aspirations personnelles que communautaires, peut nous interroger sur la capacité de nos entreprises humaines à être des lieux qui fassent sens, capables de relier les hommes entre eux ainsi qu’à plus grand qu’eux.

 

L’art roman à Vézelay

Le rôle de l’image

Le XIIe et le XXIe sont marquées par la profusion des images. Plus facilement que de longs raisonnements, l’image, grâce à une saisie immédiate, peut stimuler et imprégner les esprits. Les chapiteaux, images sculptées par les tailleurs offraient à l’homme médiéval un enseignement tout à la fois, mystique et humain.
Aujourd’hui, leur contemplation peut bousculer certains conditionnements du regard et inspirer les créateurs d’images dans la recherche de cohérence entre éthique, technique, et esthétique.

Le rôle de la lumière

Dans la découverte de Vézelay, ce qui frappe d’emblée, c’est la qualité de la lumière : jeux de lumière directe ou indirecte dont la très grande maîtrise suppose une orientation recherchée et en accord intime avec les lois naturelles.
Aujourd’hui, cet art de bâtir révèle que l’homme accordé aux lois cosmiques, développe une intelligence du réel et une économie des moyens capables de donner cours à une créativité emplie de sens.

L’art roman à Vézelay

Placer le monde médiéval dans la perspective du monde contemporain

Les particularités que nous venons d’évoquer confèrent une pertinence à cet art pour aujourd’hui. L’actualiser, c’est entrer dans une interprétation re-créatrice de nos comportements et habitudes, un travail d’interprétation propice au surgissement de valeurs fondamentales dont notre société a un besoin vital.
Sans vouloir idéaliser la société médiévale dont les limites d’une certaine chrétienté sont bien connues, les propriétés de cet art nous donnent l’occasion de retrouver des gestes et une impulsion dans l’art d’inventer compte tenu des contraintes matérielles et institutionnelles d’aujourd’hui.